Analyses œnologiques & agroalimentaires

Focus

  • Origine et Incidence de la 2-Méthoxy-3,5-Diméthylpyrazine (MDMP), composé à l’arôme « moisi » et « liégeux », détectable dans les bouchons en liège et les copeaux de bois de chêne placé au contact des Vins Figure 1- 2-méthoxy-3,5-diméthylpyrazine (MDMP) Introduction  Parmi les altérations les plus communes et les plus désagréables, le « goût de bouchon », qui correspond le plus souvent à une odeur à caractère « moisi », est principalement causée par le 2,4,6-trichloroanisole (TCA) (1,2). Cependant, on ne peut pas considérer qu’il existe une seule et unique molécule à l’origine des défauts communiqués par le liège aux vins en bouteille.

  • Nature des contaminants en présence, sources de contamination et solution de décontamination

  • Accompagnement des architectes, bureau d'études, fabricant de matériaux . Comment maitriser la qualité de l'air par le contrôle des matériaux et une analyse de l'air via le système Quick Trap

  • Quel est le contexte réglementaire des résidus de pesticides dans les vins? Quelle est la situation des teneurs en résidus de pesticides dans les vins français?

  • Excell vous propose des tests permettant de contrôler la qualité des bouchons initialement commandés (contrôle achat) et ceux livrés après opérations de finition (contrôle livraison). Contrôle de la contamination des bouchons, analyse sensorielle, ...

  • Origine et Incidence de la 2-Méthoxy-3,5-Diméthylpyrazine (MDMP), composé à l’arôme « moisi » et « liégeux », détectable dans les bouchons en liège et les copeaux de bois de chêne placé au contact des vins. Une bactérie capable de former des quantités importantes d’une méthoxy-pyrazine, la 2-méthoxy-3,5-diméthylpyrazine (ou MDMP), substance responsable d’un arôme désagréable « terreux » et « liégeux » et même « moisi » à forte concentration, qui avait été préalablement isolée dans l’industrie sans avoir été formellement caractérisée, vient d’être identifiée par l’équipe …

  • PRODUIRE DES VINS PLUS NATURELS AVEC MOINS DE PESTICIDES Introduction Par opposition à l’agriculture « conventionnelle », l’agriculture « BIO » désigne une agriculture plus respectueuse de l’environnement. Le rejet des pesticides de synthèse dans la production agricole dite « BIO » ne constitue historiquement que l’aspect le plus superficiel du mouvement mais c’est de loin le mieux connu ! Compte tenu de différentes contraintes, il est illusoire de penser qu’une fraction majeure de la production vinicole puisse passer facilement au « BIO ». Aujourd’hui, les viticulteurs d’une manière générale tendent à travailler différemment, d’où l’apparition d’une « viticulture …

  • 2- Les molécules de résidus de pesticides les plus fréquentes. Différentes études confirment qu’il est fréquent de retrouver un ou plusieurs pesticides dans les vins finis (PAN Europe 2008, Enquête raisin/vin DGAL/SDQPV 1990-2003). Sur la base de plus de trois cents analyses réalisées au laboratoire EXCELL en 2009, les molécules les plus fréquemment rencontrées (dans plus de 40% des cas) sont des anti-botrytis (cyprodinil, pyrimethanil, iprodione, fenhexamide et procymidone) et un anti mildiou (isomère d’iprovalicarb) (Tableau 2). C’est éventuellement l’application tardive de certains traitements par rapport à la date de la vendange, les conditions climatiques, mais…

  • 5- Produits phytopharmaceutiques et viticulture raisonnée. De nouvelles matières actives dites plus respectueuses de l’environnement ont été développées ces dernières années. Pour l’agriculture biologique, la recherche de produits phytopharmaceutiques d’origine naturelle (sans utilisation d’organismes génétiquement modifiés) s’est notablement accrue. Le spinosad, insecticide (larvicide) sécrété par la bactérie Sacchaopolyspora Spinosa, a été inscrit à l’annexe 2092/91/EC en mai 2008. Ce composé utilisable en agriculture biologique et notamment en viticulture (utilisation pour lutter contre Drosophile, Eulia, Pyrale, Thrips, Cochylis et Eudemis). Cependant cette molécule, contrairement à ce que son autorisation en agriculture « BIO » laisse penser, n’est pas si…

  • Un outil de diagnostique rapide : résultat en 12H S’assurer de la maîtrise et du contrôle de la chaîne de production est un enjeu essentiel afin de garantir aux consommateurs un produit de qualité et aux producteurs une limitation de leurs pertes. Pour répondre ou anticiper le plus rapidement et précisément possible à un problème d’altération organoleptique ou sanitaire, la question d’un diagnostic efficient est nécessaire afin de mettre en place rapidement les actions adéquates . …