Analyses œnologiques & agroalimentaires

L’audit analytique des E-liquides

AFNOR Certification certifie des E-liquides et fait appel au laboratoire bordelais Excell pour l’audit analytique

audit analytique des E-liquidesApparue en France en 2007, la cigarette électronique ne disposait pas encore de réglementations précises, tant au niveau de la commercialisation que celle de la consommation. Il en est de même pour la norme des E-liquides(1). Avec le succès croissant de la cigarette électronique les E-liquides inondent le marché, le produit n’est ni reconnu comme un dérivé du tabac, ni comme un médicament. Il est considéré pour l’heure comme un simple bien de consommation courante.
De la même manière, le niveau de nicotine dans les recharges est limité à 20 mg/ml. Au-delà, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) précise que la commercialisation nécessite une autorisation de mise sur le marché.
La réglementation de la cigarette électro-nique se met progressivement en place. Concrètement, il n’y a tout simplement pas encore de réglementation spécifique concernant la E-cigarette. Si cette situation favorise l’essor de ce nouveau marché, elle représente un risque pour les utilisateurs.

C’est dans ce contexte qu’AFNOR(2) a publié les premières normes(3) concernant la cigarette électronique et les E-liquides.En mai 2016,sa filiale AFNOR Certification a développé un référentiel permettant à des fabricants de revendiquer une conformité à des critères de sécurité et de qualité pour les E-liquides. Elle a confié au laboratoire bordelais Excell l’analyse des E-liquides afin de supprimer le risque lié aux éventuelles substances allergisantes ou toxiques composant les E-cigarettes et de garantir le niveau de nicotine.

 

Le choix d’Excell, leader dans le développement de l’analyse des liquides.

Laboratoire reconnu dans le dosage des composés traces – quelle que soit la matrice étudiée – Excell longtemps leader dans le domaine viticole, a investi ce secteur innovant et émergeant, en aidant les fabricants dans le développement de leur produit.
Excell a la capacité de créer de nouvelles méthodes analytiques, d’innover et de répondre aux demandes clients très rapidement. Cela est dû à un personnel hautement qualifié (ingénieurs développement) et à l’utilisation de technologies et de matériels analytiques spécifiques de pointe (Chromatographie phase gazeuse et Spectrométrie de masse).

Afin de répondre à la demande d’AFNOR Certification, Excell étudie la composition et les émissions des E-liquides. Sur la cinquantaine de clients E-liquide – fabricants et revendeurs – en majorité français, mais également étrangers (Angleterre, Belgique, Canada) – le problème le plus fréquemment constaté concerne la non-conformité de l’étiquetage du produit par rapport au dosage de la nicotine.

À ce jour, même si un seul d’entre eux a demandé la certification, celle-ci permettra à terme d’améliorer le niveau qualitatif des E-liquides présents sur le marché français et de rassurer les vapoteurs. Elle sera un atout pour les meilleures marques françaises d’E-liquides qui l’adopteront.

(1)les flacons des e-liquides, eux, sont soumis à la norme ISO 8317 . Exigée par l’Union européenne, cette certification concerne les emballages dont l’ouverture doit résister aux enfants (appuyer et tourner en même temps.)
Composition des e-liquides : les éléments produisant la vapeur sont du propylène glycol et de la glycérine végétale. Ils ont la propriété de se vaporiser dès 60 °C donnant l’impression au vapoteur d’inspirer de la fumée. Constituant jusqu’à 93 % du produit, ils en sont la base. On a ensuite l’arôme alimentaire donnant le goût et l’odeur voulus aux bouffées. Cette substance n’excède pas 2 %. Sur le marché on peut trouver plusieurs parfums, mais les plus vendus demeurent le goût du tabac blond et brun. Pour fluidifier le tout, les e-liquides contiennent de l’eau et de l’alcool à hauteur de 5 %.
www.e-liquide-normes.fr
(2)AFNOR = groupe international de services comprenant une activité de normalisation volontaire, reconnue d’intérêt général, puis des activités commerciales de formation, d’information professionnelle et de certification.

(3)Ces 2 normes sont des documents techniques à la disposition de tous les fabricants et visent à rassurer les utilisateurs et à favoriser les bons produits. Ces normes ne sont pas, pour le moment, obligatoires. Il s’agit de recommandations que les fabricants notamment français sont libres d’adopter.