Analyses œnologiques & agroalimentaires

Check list bouchon achat

CONTRÔLE QUALITÉ DES BOUCHONS EN LIÈGE – CONTRÔLE À L’ ACHAT

Les différents tests appliqués dans le cadre d’une accréditation COFRAC permettent d’éliminer des lots de bouchons qui ne sont pas adaptés à l’usage envisagé parmi différents lots proposés à l’achat et de sélectionner ceux qui présentent le meilleur rapport qualité/prix. 50 bouchons prélevés selon la norme ISO 2859 suffisent pour réaliser les tests suivants:

Choix Visuel – Recherches des défauts

La qualité visuelle des bouchons en liège naturel est classée en six catégories d’après l’abondance et la taille des lenticelles. La classification est réalisée par l’observation des bouchons par rapport à une planche photographique de référence EXCELL.

L’intérêt de ce contrôle réside dans l’identification des défauts présents sur les bouchons (défauts de matière première, de fabrication …) et dans l’appréciation de leur incidence future sur le bouchage. Ils sont classés en défauts mineurs, sans incidence notable et en défauts majeurs qui pourront engendrer des problèmes d’étanchéité du bouchage. L’appréciation de l’incidence éventuelle du défaut repose sur l’expérience professionnelle de l’opérateur.

Choix visuel du Laboratoire Excell

Contrôle dimensionnel (Normes ISO, UNE)*

Le contrôle dimensionnel vérifie que la longueur et surtout le diamètre des bouchons correspond aux spécifications normalisées.Les mesures sont réalisées conformément aux normes en vigueur. L’écart maximum sur le lot et la différence diamètre maximum – minimum (ovalisation) permettent d’apprécier l’homogénéité du lot et la qualité du tubage. Des diamètres minimum trop faibles (< 23,5 mm), ou une ovalisation excessive (>0,6 mm), peuvent altérer l’étanchéité du bouchage. Les diamètres doivent être adaptés à la bague de la bouteille utilisée. La longueur du bouchon doit être choisie par rapport au niveau de remplissage et à la température maximum à supporter de manière à respecter un volume de dégarni (creux) suffisant pour assurer la dilatation du liquide. Il n’existe pas de relation entre longueur du bouchon et étanchéité.

Test de tenue à la pression hydrostatique

Ce test est un des plus importants car il permet de mettre en évidence des défauts de matière première parfaitement invisibles. Les bouchons sont soumis à une pression hydrostatique pendant un temps déterminé. Ils sont ensuite examinés et classés en trois catégories. La classe I correspond aux bouchons de la meilleure qualité n’ayant subis aucune déformation rémanente. La classe II correspond aux bouchons présentant des déformations superficielles qui risquent d’affecter la qualité de l’étanchéité au cours du vieillissement. La classe III correspond aux bouchons possédant des déformations profondes en raison de défauts du liège (veines creuses, liège vert…) ou d’une mauvaise fabrication (tubage sur liège trop humide). La proportion de bouchons dans les différentes classes permet d’estimer la tenue du bouchage dans le temps. La classe III risque toujours de donner des bouteilles couleuses à court terme.

Ce test permet de comparer efficacement les qualités mécaniques de différents lots de liège lors des achats. Les bouchons sont soumis à une pression homogène, après immersion complète dans l’eau pendant un temps déterminé. À la fin du test, les bouchons sont examinés visuellement et séparés en 3 classes:

  • Classe I :bouchons n’ayant subi aucune déformation. Ces bouchons assureront un bouchage correct dans le temps.

classe 1

  • Classe II : bouchons ayant subi une légère ovalisation, création de plis ou défor­mations diverses (il faut noter que ces déformations sont faibles). Certains de ces bouchons, selon leurs conditions d’utilisation et selon le taux de compres­sion de la boucheuse, pourront plisser au bouchage. Certains d’entre eux pour­ront éventuellement engendrer par la suite des fuites de vin (bouteilles couleuses).

classe 2

  • Classe III : bouchons dont le roule est «côtelé» ou présentant des veines creuses du liège. Le veinage du liège est plus ou moins hétérogène. Il existe un risque pour qu’une majorité de ces bouchons soit responsable d’une mauvaise étanchéité du bouchage. Le risque sera d’autant plus important que les conditions de mise en bouteille seront mal adaptées.

classe 3

Ce test est le seul efficace pour évaluer les qualités mécaniques des lièges et surtout pour mettre en évidence les défauts de la matière première tels que les veines creuses. Ces veines peuvent être à l’ori­gine des fuites de vin observées sur des bouteilles couleuses, car elles s’hydratent et se déforment profondément avec le temps. Beaucoup de ces défauts sont parfaitement invisibles lors de l’examen du liège à l’état brut.

 

Mesure du retour élastique

La mesure des diamètres avant et après passage à la bombe hydrostatique (après séchage 48h) permet d’apprécier la qualité du retour élastique du liège . Le niveau de reprise dimensionnelle doit être supérieur à 98 % pour être jugé satisfaisant

Analyse sensorielle

Les bouchons sont mis à macérer dans de l’eau ou dans un vin blanc neutre; afin de détecter la présence éventuelle d’un défaut olfactif. La présence de la moindre odeur anormale entraîne le rejet automatique du lot. Cette procédure permet d’éliminer les lots à risque important, mais elle ne permet pas de garantir l’absence de « goût de bouchons » .

En plus de la Check List® BOUCHONS ACHAT vous pouvez également réaliser un contrôle de la contamination des bouchons : Check List® BOUCHONS CONTAMINANTS

  • Dosage des composés responsable des « goûts de liège moisi » et de fumé.
  • Dosage des anisoles extractibles (TCA*, TeCA*, TBA,PCA*) et gaïacol par Head Space SPME GC/MS.
  • Ce dosage permet de garantir l’absence d’une fréquence de pollution gênante en l’absence de détection significative de polluants dans les bouchons soumis au contrôle.

(Echantillonnage de 20 bouchons minimum)

  • Méthode :
    • Mesures physiques
    Matrice :
    • Bouchage
    Quantité :
    50 Échantillons minimun
    Délais :
    5 Jour(s)
    Analyte :
    • Contrôle visuel
    • Test de pression hydrostatique, retour élastique
    • Contrôle dimensionnel (diamètres, ovalisation)
    • Analyse sensorielle